Présentation
Je grave des images depuis plus de 15 ans. J'ai découvert cette technique au cours de mes études à l'École Supérieure des Arts et Industries Graphiques Estienne à Paris. À l'époque, je me suis plongée dans cet apprentissage de gestes ancestraux sans me douter que la gravure deviendrait avec le temps, mon plus beau moyen d'expression. Je suis titulaire d'un Diplôme des Métiers d'Art en Gravure (DMA) ainsi que d'un Diplôme Supérieur des Arts Appliqués en illustration scientifique (DSAA).
Il y a plusieurs années, j'ai commencé à coller mes estampes dans les rues. Le but à ce moment là n’était pas seulement de rendre mon travail plus visible ni même de faire plus connaître ma technique graphique mais bel et bien de faire de la rue une œuvre. Une œuvre libre et gratuite. En choisissant les murs de nos rues comme supports je revendique de donner à mes estampes une dimension accessible et populaire, d’œuvrer pour une forme d’art libre et offert.
C’est également un travail de l’éphémère. Mes estampes sont collées sur les murs, vivent avec le lieu choisi quelques mois avant que la pluie et le vent ne les fassent disparaître.
Ce temps leur aura permis de s’inscrire dans la mémoire des habitants et dans l’énergie du lieu. Cette forme d’art urbain place le lieu et l’estampe au même degré d’importance, c’est pourquoi je choisi la plupart du temps mes lieux avant même de commencer à graver ou dessiner.
La création est complète une fois collée dans la rue. Mes estampes se composent de trois éléments fondamentaux : l’estampe, la rue et le temps.
Je dis régulièrement que la plus importante de mes matières premières est ma sensibilité d’artiste, de femme et de mère. C’est certainement la raison pour laquelle les émotions humaines liées au passage du temps sont très présentent dans mon travail. 
L’enfance et la construction de soi y tiennent également une place importante. J’aime l’idée de chercher à atteindre graphiquement un état poétique qui traduit le silence de certaines vies. Donner à voir différemment ou à voir à nouveau…
L’enfance est un thème central de mon travail graphique. L’enfant est le symbole de la contradiction humaine, il représente à la fois la fragilité, l’innocence mais également l’espoir pur, la force de croire que tout est possible. D’un point de vue graphique, les plus jeunes n’ont pas encore le visage modelé par les conventions, leurs émotions sont lisibles sur leur peau et dans leur regard, c’est pourquoi ils sont une source infinie d’inspiration pour moi. Mes estampes d’enfants collées au raz du trottoir trouvent une force particulièrement percutante dans la lumière crue de l’éclairage public. Elles attirent le regard, questionnent et provoquent un changement dans le lieu allant parfois jusqu’à changer la façon dont les passants le traversent.

Olivia Paroldi
crédit photo @Sabrina Budon